FORMESPascal Nivelet

LE PHOTOGRAPHE

 
« Originaire de deux grands domaines géographiques, méditerranéen au nord, et saharien vers le sud, l’Algérie est mon pays natal avec le vert de ses montagnes rondes et sa chaleur douce. Je ne l’ai, encore, jamais photographiée.

Parisien depuis mon enfance, j’ai longtemps promené mes pellicules, photographié, accompagné d’un Nikon argentique, j’armais pour une belle couleur, pour une saison toujours blanche. J’ai considéré la photographie comme un jeu durant mon adolescence, je n’en ai pas fait un métier ; pas encore, pas tout de suite. »

Il fait évoluer son regard, de la couleur vers la lumière et l’abstraction. Finalement, Pascal Nivelet ne photographie plus des scènes, mais avant tout des formes, magnifiées par l’ombre et la lumière. Son œuvre est comme le mot d’Apollinaire : « Le sujet ne compte plus ».

PHOTOS

L’EXPO

« Une relation très forte avec la matière se noue, entretient un langage muet, les aspérités de la surface travaillée, car la matière crée les reliefs, des contrastes à la surface de la toile qu’elle accidente. J’aime oser la couleur, jouer ou déjouer les oppositions, non pas pour la beauté, mais pour la force. » (Magali Imaho, peintre)
« Saisir un simple regard, capturer un paysage, un bâtiment, un détail d’architecture ou même un mouvement peut rendre une simple photo en splendeur. Je réalise la plupart de mes prises de vues à la lumière naturelle afin qu’elle puisse faire ressortir toutes les nuances, que les formes puissent apparaitre dans un réel presque virtuel. » (Pascal Nivelet, photographe)

DOSSIER DE PRESSE

GENÈVE

« J’aime ce côté magique de figer une action, un lieu, d’en faire ressortir toute l’émotion qui s’y trouve, écrire en image les lignes, les courbes »

PARIS

« De l’argentique, je suis passé au numérique, de la couleur j’ai évolué vers la lumière… Dans tous ses états, douce et homogène, blanche et dure, directe ou réfléchie, tamisée, basse, bleue… Je la vois, partout, dans une ombre, une flaque d’eau ou dans le reflet d’une vitre »

VANNES

« On dit de moi, que ma photographie est graphique, architecturale ou minimaliste, que mon univers s’apparente au sculpteur Carl André et proche du musicien Arvö Part, peut-être et qu’importe »

VICHY

« Je suis attiré par les lignes, droites et sages ou les courbes cassantes qui se croisent et s’amusent entre elles ou les grandes et petites perspectives des ponts, d’immeubles, de toits et la rondeur des escaliers. Ce qui est important est que je retranscrive en image, son essentiel, avec sa lumière comme vérité »

Haut de page

Dossier de présentation de l’exposition à venir…